Une semaine folle

La République démocratique, notre pays et le Nord-Kivu, notre province, sortent –timidement, péniblement- d’une semaine folle. Gaz lacrymogène contre jets de pierres, opposants et manifestants ramassés, vite embarqués à bord de camionnettes estampillées Police Nationale et promptement embastillés, avant d’être relâchés « sans précipitation funeste », comme dirait un ancien Souverain belge.
L’Internet coupé, la RDC mise entre parenthèses du monde globalisé, juste le temps nécessaire pour que nous nous rendions compte que ce n’était ni logique, ni juste, ni tenable au XXIème siècle. Trop d’intérêts autour et grâce à Internet : les banques, les compagnies aériennes, les organes de presse, les missions diplomatiques ; bref tout le business dépend aujourd’hui de cet outil mondialisé.Les textos, les fameux SMS, bloqués ! Plus de transfert d’argent d’un coin à l’autre du pays ; du neveu citadin à l’oncle resté au village. Plus de coucou à un ami éloigné lorsqu’on est en panne de crédit. Durant cette semaine folle, nous sommes passés par tout cela, et par beaucoup d’autres choses, plus horribles, plus visibles. Des vies humaines ont été fauchées, dans la fleur de l’âge pour la plupart. Pourquoi ? Dites-moi pourquoi ! Parce que, me direz-vous. Parce qu’ils pillaient ? Qui donne à qui le droit de tirer pour tuer, même en cas de flagrance de pillage ? Des infrastructures ont été détruites. Des incendies sauvages, que rien ni personne ne pourrait justifier, ont été allumés. De part et d’autre, au cours de cette semaine folle, on a agi comme si hors de la violence, il n’y avait pas de salut !
La folie meurtrière qui s’est emparée du pays avait, en guise de toile de fond et de justification, le processus électoral en vue. Je ne reviendrai pas sur les provocations politiques des uns et les rétropédalages des autres. Je voudrais continuer la réflexion en vous invitant à sortir d’ici, en quête d’une bouffée d’air frais.
La Tanzanie, un de nos onze voisins, se prépare à une présidentielle en 2015. Le président JakayaMrishoKikwete, à la fin de son second et dernier quinquennat, est prêt à tirer sa révérence. Pour éventuellement reprendre sa chaire de professeur. Au sein de son parti, le CCM, le débat tourne autour du meilleur candidat susceptible de faire face à l’opposition alors que le parti est embourbé dans un gros scandale de corruption impliquant de hauts cadres dont un Ministre qui a été démis de ses fonctions. Avant le docteur Kikwete, Ali Hassan Mwinyi avait effectué ses deux mandats, avant de passer le témoin.
L’Afrique du Sud post- apartheid a connu Nelson Mandela, alias Madiba, comme premier président. Après un petit mandat de cinq ans, l’icône de l’ANC s’est mise en retrait. ThaboMbeki est passé par la suite avant d’être poussé dehors suite à des querelles intra-ANC. Aujourd’hui, Jacob GedleyihlekisaZumaest à son second et dernier mandat qui court jusqu’en 2019.
La Zambie, un autre de nos voisins, est un autre modèle de démocratie, d’alternance pacifique et de tolérance au sommet de l’Etat. Le 25 octobre 2014, le président Michaël Sata est mort à Londres, avant l’expiration de son mandat qui courait jusqu’en 2016. Comme le veut la Constitution de ce pays, le vice-président a assuré l’intérim jusqu’au 24 janvier 2015, quatre mois au cours desquels il a préparé l’élection présidentielle, qui vient d’aboutir à la désignation d’Edgar Lungu, ministre de la défense dans le précédent gouvernement, comme chef de l’Etat. Le nouveau président aura donc un tout petit mandat de moins de deux ans, parce qu’une autre élection aura lieu en 2016. Le vice-président qui a conduit cette transition, Guy Scott, est un… Blanc ! Voilà, je vous ai cité trois pays choisis du fait de leur proximité géographique ou diplomatique avec le nôtre. Des peuples que nous connaissons, que nous côtoyons, ont choisi depuis plusieurs années, de ne plus tuer ni mourir pour des élections. Il y a certainement des leçons à apprendre d’eux pour sortir des logiques de confrontations violentes dans lesquelles nous sommes emmurés de puis si, si longtemps.
Bon dimanche !
Ones
25 janvier 2015

Ajouter un commentaire

Abonnement aux Newsletters

Abonnez-vous avec votre adresse E-mail pour être averti des nouveaux articles publiés.

Go to top