Lumumba au coeur du débat du mercredi du savoir

La séance de Mercredi du savoir à Pole Institute a été consacréé à la figure de Patrice Emery Lumumba. 20 jeunes (29 garçons et une fille) ont participé au débat sur cette grande personnalité de l’histoire du Congo, à partir d’une vidéo proposée par l’équipe pédagogique sur le Congo Belge et le Congo Indépendant. Dans cette vidéo conçue et réalisée par la Radio-Télévision Belge, la partie projetée pour les jeunes a été centrée sur la journée du 30 juin 1960, autour des deux discours,  celui du Roi Baudouin et celui de Lumumba. Autour de ce centre, le Congo Belge a été présenté dans ses ambitions pour le Congo et dans les tragédies dont le Congo a souffert. De cette partie de l’histoire congolaise, le Roi des Belges n’avait retenu dans son discours que l’oeuvre de civilisation qui a fait entrer le Congo dans le monde moderne. Lumumba, lui, n’y avait vu que les tracasseries, les humiliations et les souffrances du peuple congolais. De là la vision du Congo que son fantôme livre aux nouvelles générations dans une partie de la vidéo où Lumumba parle de son rêve, de sa mort, du Congo indépendant et de l’avenir qui se projette pour l’homme Congolais.
                                   Après avoir visionné la vidéo, un grand débat a eu lieu sur la détresse de l’homme congolais aujourd’hui, malgré les richesses de son pays. Les conditions de l’indépendance du Congo ont été analysées, depuis l’impréparation des Congolais face aux tâches de l’incdépendance jusqu’au dépouillement économique et financier de notre nation au cours de la table ronde économique qui a suivi la teble ronde politique. Les atermoiements de la Belgique et la précipatation dans laquelle s’octroya l’indépendance ne pouvaient conduire qu’à la tragédie des sécessiosns, des rebéllions, de la dictature mobutiste  et du néomobutisme que nous connaissons au Congo depuis la chute du Maréchal.
                                   Malgré tout cela, le Congo est encore à inventer et il appartient aux jeunes de s’atteler à cette tâche de réinvention qui commence par l’exigence de forger un nouvel imaginaire, une nouvelle confiance, une nouvelle foi en eux-mêmes et un engagement dans la bataille politique pour le changement et dans la formation à l’esprit d’entreprise pour créer une nouvelle économie congolaise à partir d’une éducation forte.
                                   C’est à ce projet du Congo nouveau que les participants au Mercedi du savoir ont été convié. 

Ajouter un commentaire

Abonnement aux Newsletters

Abonnez-vous avec votre adresse E-mail pour être averti des nouveaux articles publiés.

Go to top