Vers les élections du 23 décembre 2018 en RD Congo

Date de publication: 
Novembre 2018

Le 23 Décembre 2018, la République Démocratique du Congo va organiser les élections présidentielles, législatives et provinciales. Ces élections sont très attendues car elles devraient permettre la première transition démocratique du pouvoir depuis 1960. Le président Kabila, dont le mandat constitutionnel a expiré depuis Décembre 2016 a finalement décidé de ne pas se représenter et de passer le pouvoir à quelqu’un d’autre.  En effet, le 8 Août 2018, il a nommé un dauphin qui est supposé porter le flambeau du parti au pouvoir pour les prochaines élections présidentielles.
Alors que cette annonce a surpris tout le monde et a permis d’apaiser la tension politique dans le pays ne serait-ce que pour quelques jours, le processus électoral actuel fait cependant face à plusieurs critiques et défis. Notamment:

  • L’exclusion de certains poids lourds de l’opposition qui enlève à cette élection son caractère inclusif. Il s’agit de Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito.
  • La machine à voter, fabriquée en Corée du Sud. Elle est très contestée et qualifiée par l’opposition congolaise de machine à voler.
  • Un fichier électoral tronqué, avec, selon les experts de l’OIF, environ 16,6% des électeurs congolais enrôlés par la CENI sans empreinte digitale, soit 6,7 millions de Congolais. Un chiffre important comparé aux 40 millions d’électeurs recensés. A ce chiffre, il faut ajouter 400000 mineurs enregistrés frauduleusement. En plus, selon l’OIF, environ 2,3% des 54 millions des cartes d’électeurs vierges n’ont pas été restituées, soit 1,2 million de cartes « disparues ». En tout, on estime à 8,3 millions d’électeurs qui « posent problème » pour les prochaines élections  de décembre. Un chiffre qui peut largement faire basculer une élection dans un mode de scrutin à un seul tour.
  • Le gouvernement congolais qui a décidé de financer lui -même les élections et de ce fait estime qu’il a le droit de refuser la présence de tout observateur extérieur pendant les élections. Alors que le pouvoir en place avait promis de mettre à la disposition de la CENI 60 millions de dollars par mois de Janvier 2018 jusqu’aux élections, les décaissements en Mai 2018 n’étaient que de 52 millions USD au lieu des 120 millions attendus. Il est donc clair que les difficultés financières de la CENI risquent d’affecter le bon déroulement des élections. 

Dans ce contexte difficile de préparation d’un scrutin pourtant crucial, un certain nombre de questions sont aujourd’hui sur toutes les langues :

  • Quelle crédibilité peut-on accorder à des élections sans observateurs extérieurs et indépendants ?
  • Que se cache-il derrière l’ambition qu’ont la CENI et le gouvernement congolais de de boucler le budget nécessaire pour financer ces élections sans appui financier extérieur ?
  • Comment convient-il de gérer le contentieux entre le pouvoir en place et l’opposition sur les questions litigieuses qui les opposent concernant le nettoyage du fichier électoral et abandon de la machine à voter ?
  • Avec l’invalidation des candidatures de certains leaders de l’opposition, allons-nous vers des élections crédibles ou sommes-nous conduits dangereusement vers une mascarade électorale dont les résultats ne pourront conduire le pays qu’au chaos ?Derrière toutes ces questions qui agitent les esprits aujourd’hui, il est impératif de tourner nos regards vers les enjeux de fond dont les élections qui viennent sont la manifestation.

Le présent Regards croisés se propose de se pencher sur ces enjeux afin d’ouvrir des perspectives fertiles pour des élections paisibles dont l’objectif serait moins celui des compétitions féroces que d’un processus gagnant-gagnant d’où notre pays sortirait uni et prêt pour les batailles de son développement et de sa renaissance.

Nene Morisho Mwana Biningo

PDF File: 
Categorie du Livre Publié: 
Regards croisés

Ajouter un commentaire

Abonnement aux Newsletters

Abonnez-vous avec votre adresse E-mail pour être averti des nouveaux articles publiés.

Go to top